mardi 15 octobre 2013

Fred et sa liseuse Kobo Glo


Ou comment je suis passée du côté obscur de la force !






Il y a quelques années, j’étais la première à dire :
"la liseuse, c’est la mort du livre et des librairies, jamais, Ô grand jamais je n’en aurai une."



Il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, hein ?!


Le pourquoi du comment
L’année dernière, j’ai beaucoup voyagé, notamment en train. Pour des longs trajets. Assez longs pour qu’un bouquin me fasse, au mieux l’aller, au pire les deux premières heures de voyage. Jusqu’à ce que je dise : stop ! Je voyageais déjà le plus léger possible, impensable pour moi de m’encombrer d’un deuxième voire troisième livre de voyage. 

Arrivée là, plusieurs solutions s’offraient à moi : arrêter de lire, prendre mon mal en patience ou trouver un compromis.

J’ai donc naturellement pensé à la liseuse, et plus précisément à la plus célèbre : la Kindle Amazon
Comme je ne fais jamais rien à moitié, je me suis farcie tous les tests et avis de consommateurs que j’ai pu trouver concernant la Kindle : le prix était attractif, et moi qui commande souvent sur ce site, cela semblait être la solution la plus simple, donc idéale. Oui mais
La kindle ne lit pas beaucoup de formats : oubliez la lecture de vos pdf et de vos ebooks au format epub (le plus courant). Pas glop.

Je fonce donc lire les tests et avis de consommateurs des autres liseuses et une ressort du lot : la Kobo Glo commercialisée par la Fnac.
La Kobo premier prix ne me convient pas, trop petite, et surtout, elle ne possède pas le petit truc en plus qui fait toute la différence : un écran retro éclairé. Hallelujah! Que l’on allume ou non. 
Et moi qui suis sujette aux insomnies chroniques, c’est topissime pour ne pas réveiller le Sousou qui dort à côté de moi… Et méga écolo du coup, car plus besoin de lampe de poche ni de pipiles. Great ! 
En plus, la kobo est la liseuse du marché qui lit le plus de format différents (même le format bd) alors c’est tout bénef pour bibi !

Alors vous allez me dire : 
"Bon ok, ça c’est sur le papier. Mais dans la réalité ?"

Cela fait maintenant bien un peu plus de six bons mois que je l’utilise, et c’est que du bonheur !


Ce que j’aime : 
- Le tas de livres que je peux stocker dans la grande mémoire de la liseuse,
- La batterie méga longue durée (j’ai dû la recharger 5 ou 6 fois depuis que je l’ai pour une moyenne de lecture d’une heure par jour),
- Le rétroéclairage de feu de dieu
- L’écran mat qui permet une lecture sans gêne même en plein cagnard à 45°.
- Le côté écolo du no paper at all,
- La ribambelle de formats différents qui n'emprisonnent pas le lecteur à la seule marque de la fnac.

Ce que j'aime moins :
- Longue à s'allumer (environ un arrêt de tram)
- Le manque de quelques boutons physiques : à part le bouton du rétroéclairage, tout est tactile, même pour tourner les pages.

Astuce du jour, bonjour : pour utiliser au mieux votre liseuse (toutes marques confondues), je vous conseille le très pratique logiciel gratuit Calibre, véritable bibliothèque virtuelle que vous pouvez relier à votre liseuse.
Avec ce logiciel, vous pouvez convertir vos livres à n’importe quel format (par exemple du pdf à l’epub), rajouter des jaquettes, des résumés, lire des livres directement sur votre écran sans aspirine  sans vous bousiller les yeux, transférer des livres vers votre liseuse etc… un must have ! 


Pour conclure
S’il est vrai que la liseuse a vraiment amélioré mon quotidien de mini baroudeuse, il s’avère également que rien ne remplace le toucher et l’odeur du livre papier.
C’est pourquoi je lis souvent deux livres en parallèle : un papier quand je suis chémoi, et un électronique lorsque j’ai une petite insomnie ou lors de mes déplacements. 
Avec une attention toute particulière pour le choix du livre papier.

Je la trouve aussi particulièrement adaptée aux personnes souffrant de problèmes physiques, ergonomiques ou de troubles de la vue.

Renier la liseuse électronique avant de l’avoir essayée serait, d’après moi, la condamner un peu vite. N’hésitez pas à aller en magasin pour aller les tripoter, elles sont souvent en présentation, chaque commerce proposant la sienne avec des caractéristiques qui lui sont propres.

De plus, même si je ne suis pas prête à laisser complètement les livres papier, la liseuse électronique permet de tendre vers une démarche "zéro déchet", et ainsi être un peu plus en accord avec mes préoccupations actuelles.


Pour aller plus loin:



Et toi ami lecteur, tu es déjà passé du côté obscur de la force ?
Tu en as le projet ?




             
 




A bientôt sur le blog ou sur ma page facebook!



0 Petits Mots:

Enregistrer un commentaire

Pour un mot doux ou un mot fou, c'est par ici!